18 juin 2014

Presque

Je ne me hasarderai pas à un essai sur le temps, de très grands l'ont fait bien avant moi.  Mais Dieu qu'il est long le temps de l'oubli. Depuis combien de temps maintenant ne l'ai-je vu? Je ne sais même plus. Deux ou trois semaines ? Ou plus encore peut-être? Depuis combien de temps n'ai-je senti son parfum, caché entre sa barbe et sa peau, son parfum soudain, qui se libère par instants, furtifs, disparaît avant de rejaillir, par la grâce d'un mouvement de son corps, d'un rapprochement du mien ? Depuis quand n'ai-je tenté... [Lire la suite]
Posté par CarolineMF à 22:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juin 2014

Un homme à Reines

Il fait partie de ces hommes qui cherchent une Reine ou mieux encore, la femme d'un Roi. Je pense que ces hommes se trompent sur leur façon d'aimer. Ils n'aiment pas, ils désirent. C'est souvent un manque de discernement, voire d'intelligence, ils sont empêchés. Pour les Reines en question, c'est terrible. Car le règne est éphémère. Il y a toujours une autre Reine à un moment, plus belle, plus lointaine, inaccessible, à conquérir. Et de ce statut tellement bon, tellement narcissisant, elles passent à celui de la seconde, de la... [Lire la suite]
Posté par CarolineMF à 19:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 juin 2014

Exploser

En un milliard de particules, qui s'envolent, s'éparpillent, avant, dans un élan magique et merveilleux, de se rapprocher, tel un essaim. Et de dessiner une forme, multiple et infinie, mouvante et fluide, puissante, déterminée, fixée vers un objectif.
Posté par CarolineMF à 17:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2014

Ma belle

Celle qui vient de moi et qui pourtant m'échappe. Celle que je regarde, toujours, de près, de loin, avec attention, amusement, perplexité, amour, toujours avec amour.  Ses yeux sont grands, beaux, entre bleu, violet et vert. Ils ont la forme parfaite de l'amande. Elle est comme un chat, elle s'allonge sous le soleil, s'étire à l'infini, elle est sensation, tendresse, douceur et nonchalance. Elle est instinct. Elle sait. Elle a peur de la folie, elle sent.  Elle est belle comme le soleil. Mystérieuse comme la lune. Elle... [Lire la suite]
Posté par CarolineMF à 23:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2014

Elle

Aujourd'hui, je suis retournée la voir. Une histoire littéraire. C'est bien cela. D'un côté, moi, la femme des mots. De l'autre, celle du corps. J'ai tout effacé de lui, son numéro, ses messages, ses photos, sauf une, la première, celle de son ombre.
Posté par CarolineMF à 23:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2014

Une dent

Qui n'a jamais perdu une dent ne s'est pas approché, sans danger mais approché tout de même, de sa finitude. Perdre une dent, c'est réaliser que certaines choses, certaines attitudes, certains comportements, induisent des conséquences irrévocables. Perdre une dent, c'est devenir un être fragile, un être marqué d'un sceau, celui de sa connaissance, de sa fin. C'est comprendre et savoir que tout ne se reconstruit pas indéfiniment, que notre corps a des limites, que de celles qu'il nous impose, nous ne pouvons toujours faire fi, nous... [Lire la suite]
Posté par CarolineMF à 23:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juin 2014

Kim Wilde

Ma vie est aussi nase qu'une chanson de Kim Wilde des années 80 ! C'est pour vous situer le niveau du discours, bas étant un euphémisme ...., Tout ce qui me vient à l.esprit en ce qui concerne l'hystérie amoureuse dont je fus victime, c'est en effet cette chanson minable, autant que cette histoire, et ces paroles 'get out, get out of my Life, let me sleep at night ! Cause you don't really  lové me, you just keep me hanging on' .  Ben ouais, parfois, on tombe aussi bas ..... 
Posté par CarolineMF à 23:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 juin 2014

Ma vie sous X

Je suis passée à un stade tellement insupportable de ma vie que j'ai désormais recours aux Benzodiazepine, petits miracles moléculaires qui me permettent de me lever, de parler, de travailler, et parfois même de rire.  Il me semble que le sujet est bien plus vaste que l'abandon amoureux qui, je dois l'avouer, me détruit presque aujourd'hui. C'est ça et c'est plus que ça. Comme un catalyseur de mes peines, de mes tourments, comme une plongée à l'intérieur de moi, un effroi de réalisme qui m'assaille. J'ai peine à comprendre mon... [Lire la suite]
Posté par CarolineMF à 22:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 juin 2014

Quelle réalité ?

Où est la réalité ? Jusqu'à quel point jouons-nous ?  Pour nous occuper, nous galvaniser, nous illusionner, nous sentir vivants ?  Que rejouons-nous ensemble qui appartient à nos meurtrissures toujours béantes ?
Posté par CarolineMF à 23:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 juin 2014

De la réparation

Depuis quelques jours, quelques semaines, je suis envahie de tumultes. De vagues, offensives puis défensives, de flux et de reflux. Mon corps s'y abandonne, mon esprit tente des guerres dérisoires, mène des combats inlassablement perdus.  J'ai eu un besoin fou de voir la mer, de sentir les marées, de boire son suc en avalant des huitres, je ne pense qu'à cela, manger des huitres, goûter l'océan, le large, tout ce que je fuis et qui s'impose charnellement, dans ma bouche, mon estomac, mon ventre, mon corps.  Demain je m'élance. Je... [Lire la suite]
Posté par CarolineMF à 11:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]