J'aime les phonémès de ce verbe à la douce prononciation. J'aime la contradiction qui surgit entre la douceur du mot dans la bouche et la tristesse qu'il induit dans sa signification. Faner est un verbe plein d'évocations mélancoliques, il dit le temps qui passe, le temps révolu de la splendeur, de la chatoyance. Il appelle la mémoire, le souvenir, c'est un verbe de soupirs, mais avec un sourire, une étincelle dans les yeux, vestiges d'une période qui fut belle, lumineuse, éclatante. Ne fanent que la flamboyance et la beauté. Faner, perdre ce qui fut, en en conservant la trace.